Guy Fontalavie

Publié le par CLE

Eau-forte et quadrichromie mêlées, les compositions complexes, les harmonies savantes se précisent au fil des passages sous la presse. Contemporanéité nourrie de tradition.

Guy Fontalavie

Creusant à la main, dans la plaque d'inox avec une gouge : immuable travail au fil du temps et des âges...un des rares graveurs à utiliser la couleur et à la maîtriser dans le labyrinthe des compositions et des harmonies qui se précisent au fil des passages sous le rouleau de la presse à bras.  

A la fois dans la tradition et féru de modernité, l’artiste est attaché à deux techniques complémentaires : la quadrichromie où seuls les reliefs du motif de la plaque sont reproduits, et son contraire, l'eau-forte, qui ne livre que les creux à la reproduction, il mixe les deux techniques avec bonheur dans des créations uniques.

A Paris, après ses études aux Beaux-Arts,  son compagnonnage avec la Monnaie de Paris, haut lieu de la gravure de médailles,  son parcours l'a amené de la casa Velasquez de Madrid, jusqu' en Corée où il a été primé en 2011 en passant par plusieurs régions françaises, il est toujours remarqué, lors de ses expositions et souvent primé en raison de son étonnant et rare travail de gravure en couleurs.

La notoriéte et la reconnaissance se renforcent au fil du temps mais l’essentiel demeure : le plus important dans sa vie, ce sont ses outils qu’il fabrique lui-même, ses plaques d'acier qu'il utilise dans ses compositions, le papier élaboré à la main dans de rares ateliers.

Sa presse à graver, enfin qui est au graveur ce qu'est la barre au timonier. Et la beauté, toujours surprenante, au bout du labeur.

Publié dans gravure

Commenter cet article