François Halie

Publié le par CLE

Magnifique confrontation du réel et du rêve en une exquise mélancolie, palette subtile. Profondeur et complexité, temps et espaces, sensibles en un regard.

François Halie

HALIE EXQUISE MELANCOLIE

Jean-Louis Avril -Univers des Arts - chaque tableau est un voyage dans la jeunesse éternelle située à Monmartre ou pas loin...quelque part dans les vieux villages de Paris"

Thierry SZNYTKA - Art Actualité Magazine

L'œuvre est figurative, incontestablement figurative et pourtant... elle dévoile des atmosphères évocatrices capables de transcender la forme.

L'artiste travaille sur le matérialisme, architecturant ses  constructions pour confronter dans un même espace, personnages, paysages et natures mortes. En interprétant leur représentation d'une écriture à l'influence cubisante, il réussit à établir une interaction entre ces différents genres picturaux.

Ce discours narratif moderne contribue à l'étrangeté d'un dialogue qui semble hésiter
entre conscience et inconscience. Le choix des saisons avec des arbres morts à la fenêtre, la simplicité des objets et la mélancolie des visages féminins, contribuent à révéler une impression à la fois mystérieuse et sereine. Le phénomène est entretenu par le choix d'une palette aux effets mesurés, qui multiplie les déclinaisons tonales dans une gamme harmonieuse de bruns tendres et gris colorés.

François Halie impose un climat énigmatique à la faveur d'une nouvelle esthétique qui semble suspendre le vol du temps, pour s'élever au-dessus des pesanteurs de la vie. Comme si l'artiste, en quête d'absolue, réussissait à communiquer avec l'âme des êtres et des choses.

Luis PORQUET - Paris Normandie - Salon CREA

" La peinture de François Halie nous a fait très forte impression. Résolument figurative et réaliste, elle se situe pourtant au seuil de l'onirisme, entre veille et rêve éveillé, vie présente et réminiscences. L'humanité, la nostalgie, la dignité dont elle est pétrie s'exprime à travers une palette retenue mais subtile.[...]

Héritier du cubisme, avec quelques vagues réminiscences surréalistes, François Halie nous touche par la sûreté de ses compositions où portrait, paysage et nature morte suscitent, par leur alliance inattendue, une atmosphère unique, incomparable. C'est pour nous l'une des grande découverte du salon CREA .

Audrey Higelin -DESSIN ET PEINTURE-

"François Halie se dérobe, s'efface derrière son œuvre. Cet artiste qui se décrit lui même comme "très discret et peu causant" est un rêveur mélancolique. Il dit aimer le ciel gris de novembre, et avoir fait de l'hiver sa saison préférée. Le discours narratif ainsi construit est personnel, parfois sibyllin, mais donne à voir un univers tout à fait particulier qui étonne, Intrigue, et ne le livre pas au premier abord. L'œuvre à l'image du peintre...

Publié dans peinture

Commenter cet article